Visite au Parlamentarium

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine
organise

...

Lire la suite...
Exposition de peinture : Colourful Romania

Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et Euro – Mara
vous invitent à

...

Lire la suite...
Rencontre et dédicace avec la bédéiste Mirion Malle

La Librairie TuliTu en collaboration avec Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et Arthis Artists

Lire la suite...

Carnaval de Saint-Josse ten Noode, 3e édition

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Zamfira et Euro-Mara

participent au

...Lire la suite...
Atelier de danse méditative

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine
organise

...

Lire la suite...
Session de yoga

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine

organise

...

Lire la suite...
Atelier créatif de décoration d’œufs

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Basarabeanca et I-Art
organisent

...

Lire la suite...
Atelier culinaire : Légumes fermentés

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et KomBust

organisent

...

Lire la suite...
Festival Divercity 2024

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et Zamfira
participent au

...

Lire la suite...
Exposition de peinture: Symbiosis - Artiste : Leo Dolghier Oleg

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et Arthis Artists
organisent

...

Lire la suite...

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et Arthis Artists
organisent

Rencontre littéraire avec Viorel Ilisoi

Jeudi 19.10.2023 à 18:30 chez Arthis et la Terrasse Culturelle Arthis
Rue de Flandre 33, 1000 Bruxelles

Banner FB

Viorel Ilisoi a commencé à travailler comme journaliste en 1990 et a écrit pour plusieurs journaux importants de Roumanie. En 1992, il est devenu le premier journaliste roumain après la révolution à être condamné pour un délit de presse. Il a été condamné à trois mois de prison ferme pour le pamphlet "Saddam Hussein se cache à Botosani". Le fait est passé sous silence en Roumanie, mais il a scandalisé la presse internationale et a conduit à sa libération après 19 jours de prison. En 2011, il commence à publier le roman "Paispe", inspiré de cette expérience, dans le Journal National.
Entre 1993 et 1998, il a publié dans le magazine Timpul des entretiens avec les personnalités culturelles les plus importantes de l'époque. Ces entretiens, qui illustrent les transformations de la culture roumaine durant cette époque, sont rassemblés dans un volume publié dans le journal Timpul entre 1997 et 1998.
En 2014, les Editions des Musées littéraires de Iasi publient le livre ”L’inconnu Mihai Codreanu", une redécouverte personnelle du grand auteur roumain de sonnets. Lancé au Festival international de littérature et de traduction de Iasi, le livre est bien accueilli par la critique et les lecteurs et est sélectionné par le Ministère de la Culture pour les foires du livre de Vienne, Sofia, Bologne, Budapest, Londres, New York.
En 2017, Viorel Ilisoi a publié le volume "Les plus beaux reportages" (Éditions GRI) et, en 2020, il a publié, avec la même maison d'édition, le volume de récits " Strălucitor /Brillant", une incursion humoristique dans l'histoire de la presse après la révolution vue à travers les expériences du reporter.
En 2021, paraît "Sauver un homme, sauver un monde", un livre audio dans la lecture de l'auteur, un reportage détaillé sur le monde des enfants des rues à Bucarest et, en 2023, paraîssent le volume de reportages littéraires "Mes héros" et le volume "Les plus beaux reportages, deuxième édition, révisée et complétée.
---------------------
Son activité journalistique ininterrompue depuis 30 ans a été récompensée par de nombreux prix : Prix de la presse de Iasi (1996 et 1997), Prix de la Fondation roumaine du journalisme (1999), Prix du Club de la presse roumaine pour le reportage-enquête (2007), Prix annuel du journalisme décerné par "Curierul literar și artistic" (2013), Prix d'excellence en journalisme "Vanda Condurache" (Iasi, 2017), etc.
---------------------
"Il existe encore de formidables reporters. Viorel Ilisoi, comblé par le passage de ces années difficiles, s'est élevé dans le cœur de ses lecteurs, avec l'élégance et la discrétion que seuls les élus ont toujours connues. Ses textes resteront... Ils étaient tous humains et tous éphémères. Viorel Ilisoi les a immortalisés dans ses phrases courtes, lentement ciselées jusqu'à la perfection. Vous pouvez dire, peut-être, que c'est peu, mais ce n'est pas le cas." Andrei Crăciun, "Adevărul", 8 août 2010

"Le livre de Viorel Ilisoi ("Necunoscutul Mihai Codreanu" – L’inconnu Mihai Codreanu) est comme un papillon qui repose son vol sur la musique d'un violon. Et les dernières lignes de ce livre concluent tout simplement un chef-d'œuvre. Il n'y a pas beaucoup de journalistes en Roumanie capables d'écrire ainsi - comme s'ils pouvaient ensorceler les mots, comme s'ils pouvaient danser avec eux, comme s'ils pouvaient les utiliser pour élever la vérité révélée, comme des vrais poètes". Andrei Crăciun, "Metropolis", 9 oct. 2014

Infos : 02/511 34 20 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


En collaboration avec Radio-TV Arthis
Avec le soutien de : Ville de Bruxelles, Fédération Wallonie-Bruxelles, VGC, Cocof, Stedenfonds, Département des Roumains du Monde Entier

Quoi de Neuf?
Août - Décembre 2023

 

Quoi de Neuf 121
Aller au haut