Visite de l’exposition Dacia Felix

À l’occasion du Festival Europalia 2019, dédié à la Roumanie,

Arthis – La Maison...

Lire la suite...
Exposition : Bruxelles vue par les Roms

Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Femmes Roma, Street Art Music & KomBust
organisent

Lire la suite...

Soirée roumaine: Cu colinda pe la voi !

Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine
organise

Cu colinda pe...

Lire la suite...
Histoires d’hiver

Histoires d’hiver

04 -15.12.2019 chez ArthisLire la suite...

Histoires d'hiver

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine
...

Lire la suite...
Débat : La paix et la guerre

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Basarabeanca, We in Europe et Radio-TV Arthis
...

Lire la suite...
Débat : Le climat

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Basarabeanca, We in Europe et Radio-TV Arthis
...

Lire la suite...
Atelier de cuisine : Couleurs et saveurs de la Roumanie

Vormingplus Citizenne
organise, en collaboration avec Arthis asbl et Europalia

Lire la suite...

Débat : La discrimination

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Basarabeanca, We in Europe et Radio-TV Arthis
organisent

Lire la suite...

Débat : Vivre ensemble, épanouis, plus heureux !

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Basarabeanca, We in Europe et Radio-TV Arthis
organisent

...Lire la suite...

Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et Arthis Artists
organisent

Exposition Amalgam

Artistes : Sabina Chiscop et Francisc Chiscop

Vernissage : jeudi 23.01.2020 à 19:00
Arthis - Rue de Flandre 33, 1000 Bruxelles

Amalgam FR NL

 

Sabina Chiscop
Née en 1984, en Roumanie, Sabina Alexandra Chiscop a commencé à étudier la peinture à l'âge de 11 ans et, quelques années plus tard, elle a suivi les cours du Lycée d'art et de l'Université d'Art - Section peinture. Sabina est en possession d'un master en arts plastiques.
Depuis 2010, Sabina habite à Bruxelles et a participé à des expositions à l'Institut Culturel Assyrien, chez Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, au centre EuropaNova, et à plusieurs expositions de groupe en Roumanie.

"J'ai l'habitude de fixer mon attention sur les petites choses simples et en apparence sans importance, autour de moi. Je suis, peut-être, la seule à percevoir leur charme... Par après, je les transpose en couleurs sur la toile et je leur attribue une certaine importance. Parfois, la façon dont je les représente est la conséquence unique de l'émotion de les avoir vues car jadis ces objets furent les personnages d'un petit conte. Les portraits aussi sont des témoins d’histoires. Pour moi, ce n'est pas seulement le visage qui apporte des informations sur une personne, mais aussi son attitude corporelle, les vêtements, le décor. Le portrait en soi ne constitue pas une analyse psychologique, je n'assume jamais le rôle d'intrus et je ne fais pas une investigation du personnage pour arriver à révéler ses traits intérieurs. Ce qui accompagne le portrait et complète la composition est toujours en lien avec l'expérience de la connaissance de celui-ci.Dans le cas des autoportraits j'évite de reproduire fidèlement mon visage. Je cherche toujours à offrir à ceux qui les regardent l'opportunité de me découvrir par le biais d'un contexte, d'une histoire.
Une autre façon de déplacer l'attention de celui qui regarde depuis la banalité vers l'inédit de la réalité est l'atmosphère mystérieuse-ironique-humoristique dans laquelle j'enveloppe les choses, car cette façon correspond parfaitement à ma manière de voir la réalité."

Francisc Florin Chiscop

Né en Roumanie en 1984, Francisc Florin Chiscop manifeste dès l’enfance sa passion pour les arts, qu'il approfondit en faisant des études artistiques au lycée et puis à l'université. En même temps que les études universitaires, pendant cinq ans, Francisc se perfectionne dans la technique du vitrail en travaillant pour un grand atelier de vitraux de Roumanie. Après avoir terminé les trois premières années d'études à l'université, il part à Bruxelles pour un master en graphisme où il y réside maintenant.

“Mon travail exprime, entre autres, d'une manière non figurative, l’idée d’un désordre qui est apparemment présent dans la majorité des sphères qui constituent notre univers. Les travaux représentent, mais ne le montrent pas directement, que ce qui est visible peut être interprété de n’importe quelle façon. On trouve autant des théories sur l’apparition et la constitution de ce monde, on en trouve aussi des tentatives de le représenter... Sur une surface bidimensionnelle, j’essaie de refaire la dynamique de certains éléments qui dépassent la logique des coordonnées spatiales simples.
Car nous ne pouvons pas représenter d'une manière figurative ce qui n’est pas possible à voir, ce qui dépasse les théories et les formules, ce que, dans le plus probable des cas, nous ne pouvons pas comprendre. L’homme ne croit pas à ce qu’il ne peut pas voir ou comprendre. J’essaie donc de créer des images qui ont la possibilité de construire un discours et qui peuvent ainsi avoir des liaisons avec les phénomènes expliqués scientifiquement, mais qui touchent en même temps à un autre univers. Et, par ailleurs, j’essaie de leur donner une viabilité au niveau compositionnel.
C’est une espèce de gestualité présente, une symbolique vis-à-vis des interactions, des relations qui se construisent inévitablement quand on regarde ces formes. Les choses avec des contours indéfinis, avec un certain degré de transparence cachent toujours pour nous quelque chose de métaphysique qui échappe à la logique simple. Elles nous portent dans un monde des potentialités faisant plutôt partie des rêves et de l’imagination que de la vie réelle ou de ce que l’on perçoit comme tel.”

Info: 02/511.34.20 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – Exposition ouverte: 23.01.2020-26.02.2020


En coll. avec : Radio-TV Arthis, We in Europe. Avec le soutien de : Fédération Wallonie-Bruxelles, VGC, Cocof, Stedenfonds, Ville de Bruxelles.

Quoi de Neuf?
Janvier - Juillet 2019

Quoi de neuf 112
Aller au haut